Chirurgie du ventre à Toulouse : Dermolipectomie ou plastie abdominale à Toulouse.

La chirurgie du ventre : Petit lifting ou grande abdominoplastie ?

Chirurgie du ventre à Toulouse

La chirurgie esthétique du ventre demande souvent d’ associer plusieurs techniques: parfois la  lipoaspiration  isolée ne résout pas tous les problèmes : C’est une restriction logique : la peau se retend parfois assez mal dans certaines régions ou chez certaines personnes : il faut alors le faire chirurgicalement, avec une cicatrice qu’il faut positionner le plus discrètement possible. Au niveau du ventre il faudra alors  réfléchir à l’intérêt de retendre la peau, avec une cicatrice basse sus pubienne, positionnée sur l’emplacement des césariennes: c’est la « mini-abdominoplastie » parfois aussi appelée « lifting abdominal ». On peut ainsi réduire l’aspect « plissé » en position assise de la région entre le nombril et le pubis.

La « mini-abdominoplastie »

On associe une liposuccion du ventre et de la taille à une résection cutanée et graisseuse autour du pubis. On vise ainsi, en plus de la diminution de volume, à regalber la taille et surtout réduire les plis visibles sous le nombril en position assise.
Dans d’autres cas on proposera une intervention avec une cicatrice plus étendue, remontant du pubis vers le côté de la taille (on parle alors d’abdominoplastie ou dermolipectomie antérieure).

Abdominoplastie à Toulouse

– Schéma de la mini-abdominoplastie –

La Dermolipectomie

Abdominoplastie à Toulouse
Abdominoplastie toulouse
Abdominoplastie toulouse

Dans la dermolipectomie, le premier temps est souvent d’affiner par lipoaspiration la taille et la partie au dessus de l’ombilic.

On enlève ensuite une partie en losange  entre nombril et pubis et on décolle la partie supérieure ente le nombril et les côtes.

On abaisse enfin cette partie décollée jusqu’au pubis en faisant ressortir le nombril qui n’a pas été déplacé.

Les gestes associés

Très souvent l’abdominoplastie isolée ne donnerait pas le résultat espéré : Il est possible et logique d’harmoniser le travail effectué sur la partie basse de l’abdomen (la « besace » selon l’appellation imagée de la cpam) avec un geste de liposuccion ciblant le haut de l’abdomen, la taille et éventuellement les hanches. Dans beaucoup de cas, c’est en fait le temps le plus long et le plus efficace de l’intervention.  Dans cette optique, toute perte de poids précédant la chirurgie permet au chirurgien de centrer son action sur « ce qui ne part pas avec le régime » : C’est un travail d’équipe et les meilleurs résultats sont ceux d’une collaboration réussie.

Il est également possible et logique de profiter de la bonne exposition que procure la voie d’ abord pour remettre en tension normale les muscles et les aponévroses de la paroi abdominale : Ces gestes se font sur la partie superficielle  de la paroi musculaire et sont donc différents du traitement des pertes de substance importantes de la paroi.

BON À SAVOIR

Pour une prise en charge, le texte de la CPAM est précis et restrictif : « Indication : chirurgie réparatrice dans les dégradations majeures de la paroi abdominale antérieure avec tablier abdominal recouvrant partiellement le pubis, justifié par une photographie préopératoire : – après amaigrissement pour obésité morbide, – dans les suites de la chirurgie bariatrique, – en post opératoire ou – en post gravidique » Il existe donc des règles précises de prise en charge que le médecin contrôleur doit retrouver à l’examen nécessaire  pour l’accord préalable et qui sont traçables sur les photos et les scanners…

L’existence d’un ventre en besace « recouvrant partiellement le pubis » est incontournable.

Pour la prise en charge, le nombre de grossesses n’est pas un critère en soi! On évalue surtout la solidité de la paroi abdominale (la « dégradation majeure »….)

Pour les caisses, la lipoaspiration isolée est considérée comme un acte de chirurgie esthétique pur  (donc non pris en charge)

EN PRATIQUE

Une petite plastie de remise en tension sus pubienne (« mini abdominoplastie ») n’impose en général pas une hospitalisation plus longue qu’une liposuccion isolée.
Un vêtement compressif sera porté pendant plusieurs semaines après l’abdominoplastie, souvent associé a des chaussettes de contention veineuse; la prescription d’ anticoagulants est la règle.
L’évolution de la cicatrice est souvent plus longue à la moitié inférieure du corps: ne pas l’oublier !

FICHE D’INFORMATION